actuellement 18065 films recensés, 3113 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Bassirou Niang
publié le
12/05/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Bassirou Niang


Samba Sarr (1968-2010)

retour
 
Décès du cinéaste El Hadj Samba Sarr
L' "au revoir" d'adieu du ‘Sénateur'

Parmi tous ceux qui l'ont fréquenté depuis des années El Hadj Samba Sarr, je pense en être celui qui le connaît moins mal que les autres. La nouvelle de sa mort fut un instant pathétique et douloureux pour moi.
Samba fut mon compagnon grâce à cette soif de connaissances dont nous exprimâmes le besoin - lui étudiant au département d'anglais de l'Université Cheikh Anta Diop, et moi, encore bachelier en puissance. C'était au début des années 90 à Dakar, quelque part vers le pouilleux quartier de Fass où la romancière Aminata Sow Fall avait érigé un temple de la culture qui en abrita à la fois les Editions Khoudia et le Centre Africain d'Echanges culturels (Caec). Nous nous y rencontrâmes pour la première fois et devînmes membres du Club de littérature et de philosophie dont il sera d'ailleurs le président. En ce lieu, je traquais déjà en lui cette soif d'aller de l'avant, le désir d'inventer des choses nouvelles afin de "laisser des traces sur la carte". Dans ce club, figuraient des noms que la postérité attendait : Aminata Sophie Dièye qui fut dramaturge et romancière, Ben Mokhtar Diop, talentueux journaliste, Abdourahmane Bousso, représentant en Afrique de l'Ouest d'une Ong autrichienne… Pour dire en filigrane la qualité de l'être en lequel allait se réveiller un accoucheur d'images. Nous l'appelions affectueusement "Sénateur".

Et de notre passion pour le cinéma, nos liens s'en trouveront raffermies. Jamais il n'a cessé de me pousser à aller de l'avant, ne manquant jamais de faire montre de sa séduction pour les textes que je publiais sur le site Africiné et ailleurs dans les médias.
D'aucuns parmi les membres de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (Facc) l'ont souligné : il était jovial et toujours enclin à échanger infatigablement sur le 7ème art. Je me souviens que notre complicité grandissait lorsque nous faisions ensemble le sous-titrage de son film "Graines que la mer emporte" du wolof au français et de l'espagnol au français.

Aujourd'hui, le souvenir en est plus que vivace puisque nos rencontres ont toujours été utiles à tous points de vue. Que ce soit au sortir du ciné Burkina ou dans le hall de l'hôtel Indépendance Azalaï à Ouaga ou dans les lieux de culture à Dakar, il me parlait toujours d'art.

Accueillant et humain, "Sénateur" qui fut un grand ami et admirateur de Djibril Diop Mambéty, savait où poser le pied. En tant que réalisateur, il faisait partie indéniablement de ces jeunes qui tiennent actuellement entre leurs mains l'héritage des devanciers avec lesquels il ne partageait pas forcément les approches cinématographiques.
La dernière fois que nous nous sommes rencontrés - c'était à la Place de l'indépendance -, il s'apprêtait à aller à un festival à Berlin. À son retour, j'étais loin de me douter que c'était pour nous deux l' "au-revoir" d'adieu à travers ce sms du 28 février 2010 : "Bjr Bass ! Je suis revenu de Berlin fatigué. Porte toi bien !".

Avec sa disparition, je perds un compagnon, un frère qui savait m'encourager. Un frère de religion aussi : en bon musulman, il apprenait à respecter les heures de prières. Plus d'une fois, je l'ai entendu me lancer : "boy, tu m'attends un instant ! je vais faire ma prière".
Et peut être que son œuvre qui nous fera encore parler de lui, nous aidera à le "voir" en notre cœur. Puisse Dieu le Miséricordieux l'accueillir en son paradis !

Bassirou NIANG
Journaliste - Critique de cinéma
Membre de la Facc
Dakar - SENEGAL

haut de page


   liens films

3éme Larron (Le) 2005
El Hadji Samba Sarr

Amul yakar 2002
El Hadji Samba Sarr

Comment ça va Ciné Africa 2006
El Hadji Samba Sarr

Dakar cherche de l'Oxygène 2006
El Hadji Samba Sarr

Discorde (La) 2008
El Hadji Samba Sarr

Enfants racontent Senghor (Les) 2006
El Hadji Samba Sarr

Fence 2005
El Hadji Samba Sarr

Graines que la mer emporte (Semillas que el mar arrastra) 2007
El Hadji Samba Sarr

Liberté et loi 1996
El Hadji Samba Sarr

Livre dans la bibliothéque (Le) 2005
El Hadji Samba Sarr

Louviére, ville-musée (La) 2003
El Hadji Samba Sarr

Pileuses de la Médina (Les) 1999
El Hadji Samba Sarr

Plume qui parle (La) 2006
El Hadji Samba Sarr

Se marier pour le pire 2005
El Hadji Samba Sarr

Soldats des planches 2003
El Hadji Samba Sarr


   liens artistes

Dièye Aminata Sophie


DIOP Mambéty Djibril


Fall Aminata Sow


Sarr El Hadji Samba


   vnements

11/02/2010 > 21/02/2010
festival |Allemagne |
Berlinale 2010
60ème Festival de Berlin. 3 films africains au 40ème Forum

13/02/2010 > 18/02/2010
festival |Allemagne |
Berlinale Talent Campus 2010
8ème édition. Dans le programme : Shotgun Stories: African Cinema Attacks

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Ébène Productions
Sénégal | DAKAR

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>