actuellement 18168 films recensés, 3168 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mehrez Karoui
publié le
31/05/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Mahrez Karoui


Abdou Diouf, Secrétaire général de l'Organisation intergouvernementale de la Francophonie (OIF)


Charles Mensah, Président de la FEPACI (Fédération Panafricaine des Cinéastes)


Conférence de presse (FESPACO 2009) de l'Organisation internationale de la Francophonie : Paul-Charlemagne Coffie, Frédéric Bouilleux, Souad Hussein, Frédéric Pitard

retour
 
Mise en place d'un fonds panafricain d'aide au cinéma
Renaissance du cinéma africain ?

"Le cinéma africain n'existe pas, il n'y a que des cinéastes africains, obligés de mendier quelques sous aux institutions européennes pour faire un film tous les dix ans!", constatait tristement, il y a quelques années, le réalisateur Mohamed Abid Hondo, premier cinéaste mauritanien. L'on peut se demander aujourd'hui : à quand un cinéma africain produit avec des moyens africains ? Comment l'Afrique peut-elle retrouver sa dignité et son identité ? La Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci) est sur le point d'annoncer la création d'un fonds panafricain pour le cinéma. Initié depuis 2009, ce nouveau projet, que les professionnels appellent de leurs vœux depuis de nombreuses années, devrait être mis en place à partir de 2010. Il vient remédier au tarissement notable des fonds européens destinés au cinéma africain, provoqué par une conjoncture mondiale de crise économique.


Dépourvu d'une véritable industrie capable de lui assurer les subsides nécessaires à sa survie, le cinéma africain est considéré jusqu'aujourd'hui comme étant "un cinéma de pauvres" condamné à puiser son financement dans les différents fonds d'aide que proposent les institutions européennes. Qu'il s'agisse de l'Afrique noire ou des pays arabes du Nord (à l'exception du cas égyptien), il est évident que dans la quasi-totalité des pays africains plusieurs maillons de la chaîne de production cinématographique font défaut ; à commencer par l'absence d'infrastructures de production (laboratoires, studios…) jusqu'à l'inexistence même de circuits de distribution et d'exploitation cinématographiques.

"La majeure partie des films africains de ces trente dernières années doivent leur existence aux différents fonds européens", reconnaît Souad Houssein [1] en 2009 dans un document de l'OIF (Organisation internationale de la Francophonie). Même dans les pays qui disposent déjà d'une certaine politique de soutien au cinéma tels que l'Afrique du Sud, le Maroc ou la Tunisie, les cinéastes se trouvent souvent contraints d'aller chercher des compléments de financement au-delà de la Méditerranée.
Fonds Sud Cinéma, ministère français de la culture, ministères européens des affaires étrangères, CNC français… les cinéastes africains sont obligés de naviguer au milieu d'un labyrinthe afin de dénicher les ressources financières indispensables à la finalisation de leurs films. Or, dans le contexte de la crise économique actuelle, on se trouve confronté à la diminution des enveloppes dédiées à ces fonds, voire à la suppression progressive de certains d'entre eux, ce qui conduit Souad Houssein à s'interroger sur "la fin d'un système basé sur la dépendance aux financements extérieurs". Une fin qui, selon elle, "met en péril l'existence même du cinéma africain !"

Un nouveau projet : le FPC

Face à cette situation pour le moins alarmante, des associations et des organisations africaines (telles que la Fédération Panafricaine des Cinéastes - Fepaci) ont élaboré au fil des années un projet qui préconise la création d'un fonds panafricain pour le cinéma. Présidée par le cinéaste gabonais Charles Mensah, la Fepaci multiplie, depuis 2009, les démarches auprès de l'organisation de l'Union Africaine, des gouvernements des pays africains et des organisations internationales (notamment l'OIF) pour la mise en œuvre des résolutions de l'UA sur la création d'un fonds panafricain pour le cinéma.
Ces démarches devraient se conclure le 20 mai 2010 à l'occasion de l'actuelle session du Festival international de Cannes, par l'annonce officielle de la mise en place de ce fonds baptisé FPC (Fonds Panafricain de Cinéma).
Selon les documents de la Fepaci, ce fonds est censé être "un dispositif de financement multilatéral africain placé sous la responsabilité conjointe de l'Union Africaine (UA) et de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (Fepaci) en partenariat avec l'Organisation internationale de la Francophonie présidée actuellement par le Sénégalais Abdou Diouf".

Néanmoins, le fonds devrait jouir d'une structure administrative autonome et privée baptisée Afrabia Cinéma. Il aura pour mission de promouvoir la création et la production audiovisuelle et cinématographique africaines. Il sera doté d'un budget annuel de 10 millions d'euros et placé sous le contrôle d'une commission de sélection indépendante.
Le FPC sera ouvert à tous les types de création audiovisuelle : fiction, documentaire, animation… ainsi que des programmes et des séries télévisuels.

La concrétisation de ce projet ambitieux permettra certainement le décollage du cinéma africain qui s'est contenté depuis sa naissance d'une place très marginale dans le paysage cinématographique mondial. Il garantira une production annuelle régulière de 10 à 15 films de long métrage par an. Le public africain aura enfin le droit à un cinéma qui correspond mieux à ses attentes.

Mahrez KAROUI

article paru dans le quotidien "La Presse" de Tunisie du 21-05-2010

([1]) Madame Souad HOUSSEIN s'est vu confier l'ensemble des opérations liées au cinéma au sein de l'Organisation Internationale de la francophonie (OIF), après avoir géré pendant 5 ans (1999-2003) le Fonds Francophone de production audiovisuelle.

haut de page





   liens artistes

Diouf (Président) Abdou


Houssein Souad


Mensah Charles


   liens structures

FEPACI (Fédération Panafricaine des Cinéastes)
Kenya | Nairobi

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

Presse (La)
Tunisie | TUNIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>