actuellement 17521 films recensés, 2947 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
tous les films en rapport avec cet evenement
» tous les textes à propos de cet evenement
» les liens autour de cet evenement
retour
 

Une affaire de nègres, documentaire d'Osvalde Lewatt
SOIRÉE-DÉBAT autour du film, organisée par l'association SURVIE Gironde. Achetez vos places à l'avance

2009-10-09

projection

Cinéma Utopia de Bordeaux
5 place Camille Jullian
33000 Bordeaux

 

Projection unique du film suivie d'un débat avec Comi Toulabor, Directeur de recherche au Centre de Recherche sur l'Afrique Noire de Sciences Po Bordeaux, Thierno I. Dia, critique de cinéma (www.africine.org), et Norbert N. Ouendji, journaliste (Sud-Ouest, sous réserve d'un éventuel reportage loin de Bordeaux...).

Achetez vos places à l'avance, à partir du Mardi 29 Septembre.

UNE AFFAIRE DE NÈGRES
Écrit et réalisé par Osvalde LEWAT - documentaire Cameroun 2008 1h30mn VOSTF -


Du 21 au 23 Juillet dernier, l'État français recevait le potentat camerounais Paul Biya, dont le pays, riche en ressources exploitées notamment par des multinationales françaises, vit entre la misère et la répression. Le 22 juillet, Alain Juppé accueillait en personne, sur un quai de la gare Saint-Jean puis au musée d'Aquitaine, Paul Biya et sa délégation. Lors de cette visite, toute tentative d'expression d'un message visant à dénoncer les exactions du régime de Paul Biya, ainsi que les collusions entre ce régime et les intérêts français engagés au Cameroun, a été interdite par les forces de l'ordre françaises, usant à cet effet de la menace explicite d'une utilisation de la violence physique.

Le remarquable film d'Osvalde Lewat est l'occasion de montrer qui est Paul Biya : un président qui se maintient par la force à la tête du Cameroun depuis 27 ans par des élections truquées, des modifications de la constitution, et surtout la répression sanglante de toute opposition. Pour preuve les manifestations contre la cherté de la vie et la réforme constitutionnelle, en février 2008, au cours desquelles plus de 200 manifestants furent tués par l'armée camerounaise. Un événement qui passa quasi inaperçu dans les médias français… Outre la répression contre les protestataires, la censure et l'intimidation s'abattent sur les journalistes qui tentent d'informer un tant soit peu les Camerounais et sur les associations de défense des Droits de l'Homme indépendantes du pouvoir.
L'état lamentable dans lequel se trouve le Cameroun, pays pétrolier et forestier, témoigne éloquemment contre le pouvoir qui l'opprime depuis un demi siècle. Infrastructures quasi inexistantes, absence d'hôpitaux, d'écoles et d'universités dignes de ce nom, administration gangrenée par la corruption, misère galopante de l'immense majorité de la population, tout cela va avec l'enrichissement pharaonique de l'oligarchie au pouvoir. Les puissants intérêts français implantés au Cameroun dans l'exploitation pétrolière et forestière, dans les plantations et dans les transports, avec notamment Total, Fabre et Bolloré, expliquent sans doute la complaisance française à l'égard du pouvoir mais ne l'excusent pas. Réélection de Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville, légitimation du putschiste mauritanien Abdel Aziz, bienveillance accordée au coup d'état institutionnel de Tandja au Niger, soutien à peine voilé à Rajoelina à Madagascar, reconnaissance par Nicolas Sarkozy de la victoire d'Ali Ben Bongo au Congo… nous constatons que l'été 2009 aura été un excellent cru pour la Françafrique, pourtant donnée pour moribonde.

Le film d'Osvalde LEWAT-HALLADE est l'œuvre d'une cinéaste qui aime son pays, le Cameroun, et qui en traque les multiples failles avec patience et courage. Soulignons que le film a été brutalement déprogrammé, à la dernière seconde, lors du récent Festival Écrans Noirs de Yaoundé (juin 2009). Derrière l'ironie de son titre, qui reprend les paroles d'un des protagonistes : "tant que c'est une affaire de nègres, les gens n'en ont rien à faire", la réalisatrice interroge les valeurs de nos sociétés, et la place qu'y tiennent la vie et la dignité humaine. Elle pose ainsi la question : quel prix est-on prêt à payer aujourd'hui, à travers le monde, en échange d'un artefact de sécurité ?

haut de page

 

 

 

film(s) lié(s)

Une affaire de nègres


haut de page

 

 

 

personne(s) liée(s)

Animateur/trice
Thierno Ibrahima Dia
Norbert N. Ouendji
Comi Toulabor

Réalisateur/trice
Osvalde Lewat

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour de l'événement
   

haut de page

 

 

 

 

?>