actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Parfait Nzeyimana
publié le
08/06/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Fatwa


Parfait Nzeyimana est rédacteur à Africiné Magazine depuis 2019.


Mahmoud Ben Mahmoud, réalisateur tunisien


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Festicab 2019

retour
 
Fatwa, la mort qui ne passe pas


Brahim Nadhour, le personnage principal du long-métrage Fatwa retourne au pays natal (la Tunisie) pour enterrer son fils Marouane qu'il a eu de son premier mariage. Ce dernier vient de mourir d'un accident de moto. Le père ne parvient à accepter que son fils se soit tué sur une route qu'il connaissait aussi bien. Les rapports de police et les affirmations des voisins et des amis ne lèvent pas totalement le doute du père meurtri qui se sent responsable de cette tragédie car c'est lui-même qui avait offert la moto à son fils. Dans sa quête des circonstances exactes de la mort de son enfant, il découvre la face cachée de sa vie en apprenant qu'il avait intégré le salafisme, ce mouvement extrémiste qui prône un islam radical. Il découvre aussi que la femme de son premier mariage, écrivaine et députée, vit sous menace des intégristes musulmans qui infestent désormais le quartier. Une "fatwa" (condamnation religieuse) a même été prononcée à son encontre par un imam trop zélé. Dès lors, il se lance corps et âme à la recherche du responsable de la mort de son enfant.






Ce drame de 102 minutes immerge le cinéphile dans l'univers dangereux du terrorisme islamique que vivent beaucoup de pays depuis quelques années. Techniquement, le réalisateur mixe savamment les plans d'ensemble et les gros plans tout en y insérant quelques plans moyens et des prises en plongée ou légèrement en contre-plongée, peut-être pour ne pas que le téléspectateur se laisse transporter par l'émotion. Est-ce pour le maintenir éveiller par rapport au thème du film qui soulève déjà trop d'émotion ? Ou simplement pour ne pas verser de l'huile sur le feu ? Rien n'est moins sûr. Toujours est-il que même la musique est pesée et parcimonieusement égrenée.
Au-delà de ce thème fréquemment traités par de nombreux cinéastes, Mahmoud Ben Mahmoud, le réalisateur de ce long-métrage, a su donner un autre regard sur le monde musulman, celui de la femme musulmane qui n'accepte pas la dénaturation de l'islam qui est, somme toute, une religion de paix. À travers Loubna, la mère de Marouane, le personnage incarné par la talentueuse Ghalia Benali, on découvre le courage de la femme qui ne choisit pas la voie de la facilité en tenant bec et ongles à ses convictions malgré les menaces de mort qui pèse sur sa vie. Dans cette œuvre, on découvre avec amertume également que derrière les oripeaux de l'islamisme rigoriste peuvent se cacher des visées moins avouables comme par exemple éliminer l'amant de sa femme. Dans Fatwa, la limite entre la fiction et la réalité est moindre. Tourné en langue arabe et dans le décor typique d'une ville maghrébine, le film possède une touche d'authenticité qui influe sur sa qualité.
Réalisé en 2018, Fatwa a déjà gagné plusieurs prix dont le Tanit d'or du meilleur film aux Journées Cinématographiques de Carthage 2018 et l'Etalon de Bronze au Fespaco 2019.

Parfait Nzeyimana

Cet article a été écrit dans le cadre de l'atelier sur la critique cinématographique organisé par l'Institut Français du Burundi (IFB) et le FESTICAB, sous la direction de la journaliste belgo-congolaise Djia Mambu et du journaliste culturel béninois Espéra Donouvossi, en marge du 11ème Festicab (31 mai - 07 juin 2019).

haut de page


   liens films

Fatwa - فتوى 2018
Mahmoud Ben Mahmoud


   liens artistes

Ben Mahmoud Mahmoud


Ben Miled Hatem


Benali Ghalia


Hafiane Ahmed


Hannachi Sarra


   vnements

03/11/2018 > 10/11/2018
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2018
29ème édition

23/02/2019 > 02/03/2019
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2019 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
26e édition. Cinquantenaire.

31/05/2019 > 07/06/2019
festival |Burundi |
FESTICAB 2019 - Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi
11ème édition.

   liens structures

Arts Distribution. CinemAfricArt
Tunisie | TUNIS

Familia Productions
Tunisie | Tunis

Films du Fleuve (Les)
Belgique | Liège

Institut français du Burundi
Burundi | Bujumbura

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>