actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Armelle Baoulé
publié le
08/03/2013
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

À ton vieux cul de nègre !: Désiré (Dieudonné Kabongo) et Michel (François Beukelaers)


Dieudonné Kabongo (Désiré), dans À ton vieux cul de nègre !


François Beukelaers (Michel), dans À ton vieux cul de nègre !












Depuis le Sud


Tunisie


Fespaco



retour
 
À ton vieux cul de nègre !, d'Aurélien Bodinaux
Violence de mots sur maux sociaux

C'est au grand comédien congolais Dieudonné KABONGO que le réalisateur belge Aurélien BODINAUX consacre cet hommage.
Dans un huis-clos se déroulant dans une maison de retraite bruxelloise, Dieudonné Kabongo joue le rôle d'un Africain qui invite pour son anniversaire un ami belge (joué par François Beukelaers). Dans ce face à face, les deux hommes s'affrontent autour de la colonisation belge au Congo, ses suites. Aurélien Bodinaux recrée la forme théâtrale (deux personnages dans une chambre) dans laquelle Dieudonné excellait.



Ce choix de mise en scène permet aux deux acteurs de déployer tout leur talent dans un mélange de chaleur, de froid et de colère enfoui à l'intérieur de chacun. Ils se vident la vessie, à tour de rôle au propre comme au figuré. L'espace étroit leur laisse peu de chance de s'échapper de l'Histoire et de leurs histoires personnelles.

Ce film a été sélectionné en hommage à Dieudonné Kabongo décédé, tel Molière, sur scène en octobre 2011, alors qu'il revenait du Burkina Faso depuis juste quelques heures. Tel le titre, la violence des mots traduisent les maux sociaux.

Armelle BAOULÉ

Article écrit dans le cadre de l'atelier du Bulletin Africiné - Ouagadougou (Burkina Faso), FESPACO 2013. Publié dans Africiné n°18 (Ouaga), Mardi 26 février 2013, p. 3.
Ce bulletin est publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC, Dakar) avec le soutien de l'Organisation internationale de la Francophonie, Africultures, Ambassade de France au Sénégal et en Algérie, le Goethe Institut d'Afrique du Sud et du Nigeria, le ministère de la Culture de Tunisie, l'Institut Gabonais de l'Image et du Son (IGIS), l'association Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud) et le Fespaco. Il est rédigé par des journalistes membres de la FACC présents au Fespaco 2013, venant de 15 pays d'Afrique.

haut de page


   liens films

A ton vieux cul de nègre ! 2012
Aurélien Bodinaux


   liens artistes

Bodinaux Aurélien


Kabongo Dieudonné


   vnements

23/02/2013 > 02/03/2013
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2013 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
23e édition. Thème : "Cinéma africain et politiques publiques en Afrique".

   liens structures

Africultures
France | Les Pilles

Association des Critiques Gabonais (ACRIGA)
Gabon | Libreville

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

Goethe-Institut Johannesburg
Afrique du Sud | JOHANNESBURG

Goethe-Institut Lagos (Centre Culturel Allemand, Nigeria)
Nigeria | Lagos

Institut Gabonais de l'Image et du Son (IGIS)
Gabon | LIBREVILLE

Ministère de la culture et de la sauvegarde du patrimoine (Tunisie)
Tunisie | TUNIS

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Néon Rouge Production
Belgique | Bruxelles

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>