actuellement 18133 films recensés, 3153 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sita Tarbagdo
publié le
05/05/2015
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Hicham Lasri, réalisateur marocain


Hassan Badida ("Mahjoul") dans C'est eux les chiens


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film

retour
 
C'est eux les chiens, du Marocain Hicham Lasri
Des revendications qui affleurent sans cesse

"C'est eux les chiens". A l'évocation de cette expression, on ne peut s'empêcher de penser à une injure sans pitié à l'égard d'ennemis. De quoi choquer les âmes sensibles et généralement bien éduquées. C'est pourtant cette expression que le cinéaste marocain Hicham Lasri a choisi comme titre de son deuxième long métrage produit en 2013. A la faveur de la 24ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO, du 28/02 au 07/03/2015, Burkina Faso), il a été donné à voir aux festivaliers ce film au ton provocateur.
Le film est de la lignée des fictions saisissantes qui tirent leur pertinence de la critique sociale. Une société en perpétuelle évolution, avec ses exigences, ses revendications, ses interpellations, ses mouvements et manifestations. Dans ce film, C'est eux les chiens, c'est la société marocaine qui est passée au peigne fin à travers le regard de journalistes avides d'événements peu ordinaires voire inédits et l'univers d'un ancien prisonnier. L'errance de ce dernier, récemment sorti de prison, est source de découvertes et de mémoires, de sensations et de fantasmes, de rêves et de pulsions, d'émotions et d'ébullitions voire de révoltes et de quêtes. Pour autant, le film ne rompt pas le cordon ombilical qui lie l'ordre social nouveau avec son cortège d'antagonismes et de confrontations en gestation et l'ordre social ancien en survie et probablement en sursis.



Avec des images fortes et fascinantes, le film nous entraine dans les coins et les recoins de Casablanca, cette ville aux multiples facettes, tiraillée entre la sauvegarde d'un passé révolu et la recherche d'un présent et d'un avenir plus porteurs d'espoirs et d'espérances, de changements et d'évolution.
Au fur et à mesure que le temps s'écoule, la critique sociale bascule dans une sorte de compassion pour l'ancien prisonnier de la cellule 404 dont la préoccupation essentielle est de retrouver sa femme et ses enfants qu'il a perdus de vue pendant ses 30 ans passés dans les geôles marocaines, pour avoir manifesté en 1981 durant les "émeutes du pain". Face à l'incertitude de l'ex-prisonnier de trouver ou non sa famille, le spectateur du film ne peut que se soustraire par moments de l'axe prioritaire du film pour s'attarder sur le détail qui est la recherche passionnée du personnage. Et pris de compassion, il arpente avec le personnage les dédales et les ruelles crasseuses d'une ville en mutation et dont le gigantisme semble avoir englouti la famille et l'environnement de l'ex-prisonnier… Puis vint le coup de chance ! En effet, à force de persistance dans la recherche, l'ex-détenu (du nom de Majhoul) finit par retrouver sa femme et ses enfants. Mais passé le temps des étreintes, la réalité est cruelle. Sa femme a un nouvel époux. Ses enfants le rejettent pour les avoir abandonnés trente ans durant. La déception est grande. Un rêve brisé pour ce mari cocufié.
Le réconfort viendra du fait dans son évolution et son cheminement le film constitue aussi un va-et-vient sur le "printemps arabe" qui a secoué de façon inoubliable certains pays arabes. Le réquisitoire de "C'est eux les chiens" n'est pas du tout tendre, même s'il faut reconnaître que l'usage de l'humour et de la drôlerie participent de l'atténuation des situations dramatiques et émouvantes. Le film nous enseigne que même si le Maroc n'a pas suivi la voie de plusieurs de ses voisins lors du "printemps arabe", il présente le visage d'un pays où les revendications émergent sans cesse, à l'image de la caméra de Hicham Lasri qui bouge sans arrêt dans le film.

Sita TARBAGDO, Burkina Faso

haut de page


   liens films

C'est eux les chiens... 2013
Hicham Lasri


   liens artistes

Akhmiss Malek


Badida Hassan


Bensalah Salah


Bouftaim Jalal


Elfouandi Yahya


Fijaj Imad


Lasri Hicham


Niazi Nadia


   vnements

05/02/2014 > 31/03/2014
projection |France |
Sortie du film "C'est eux les chiens" de Hicham Lasri

28/02/2015 > 07/03/2015
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2015 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
24e édition. Thème : Cinéma africain : production et diffusion à l'ère du numérique''.

12/03/2015 > 19/03/2015
festival |Liban |
Journées cinématographiques de Beyrouth (Ayam Beirut al Cinama'iya) 2015
8ème édition de la biennale du film arabe.

09/04/2015 > 15/04/2015
festival |Mozambique |
Semana do Cinema Africano de Maputo 2015 (Maputo African Film Week 2015)
3ème édition + programme itinérant à Ilha de Moçambique (1-7 mai) et à Inhambane (14-20 mai). Entrada Livre (Entrée libre).

06/11/2015 > 13/11/2015
festival |France |
Festival des Cinémas d'Afrique du Pays d'Apt - FCAPA 2015
13ème FESTIVAL DES CINÉMAS D'AFRIQUE DU PAYS D'APT

30/09/2016 > 05/10/2016
festival |Suède |
Malmö Arab Film Festival - MAFF 2016
6ème édition.

   liens structures

ACID
France | Paris

Ali'n Productions
Maroc | CASABLANCA

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Nour Films [Paris]
France | PARIS

Zaza Films Distribution
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>