actuellement 18063 films recensés, 3113 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Charles Ayetan
publié le
02/09/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



La réalisatrice Amal Ramsis, Prix de la Critique africaine


Najati Sidki, le père


Dulia, la fille aînée


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


La réalisatrice Amal Ramsis, entourée par le jury FACC à Ismailia 2019 : à sa droite l'Egyptienne Salma Mobarak et le Togolais Charles Ayetan, avec le Mauritanien Yéro Ndiaye (à sa gauche, en bleu)


Ismailia 2019


Le Tanit d'Argent 2018

retour
 
You come from far away, d'Amal Ramsis (Egypte)
Le drame d'une famille séparée en quête de repères


Le palmarès du 21ème Festival international d'Ismailia pour les films documentaires et courts métrages qui s'est déroulé du 10 au 16 avril dernier a couronné 18 lauréats au total. Cela fait 11 prix officiels et 7 prix spéciaux dont deux décernés par la critique africaine (FACC) et celle internationale (FIPRESCI). Les lauréats et toute l'équipe du festival d'Ismailia dirigée le critique égyptien Essam Zakaria ont été ovationnés à la clôture pour la qualité de la sélection.

C'est le film documentaire long métrage You Come From Far Away, de l'Égyptienne Amal Ramsis qui a remporté à la fois le Prix de la critique africaine Paulin Soumanou Vieyra décerné par la Fédération Africaine de la critique cinématographique (Facc) et le Prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique (Fipresci) au 21ème Festival international d'Ismailia, du 10 au 16 avril 2019.
Comme l'un des arbres visibles dans la séquence d'ouverture du film You Come From Far Away, son personnage principal octogénaire arpente lentement les marches, visiblement affaibli par le poids de l'âge. Au soir de sa vie, Dulia, la fille de Najati Sidki a porté depuis sa rude enfance le drame d'une séparation qui l'a rongée, ruinée et éveillée en elle une révolte silencieuse.






You Come From Far Away raconte l'histoire extraordinaire d'une famille palestinienne dispersée entre plusieurs pays par plusieurs conflits qui ont marqué le 20ème siècle. Il s'agit notamment de la guerre civile espagnole dans laquelle un père de famille, Najati Sidki, a combattu le fascisme de Franco en Espagne (1936-1939), de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), de la guerre israélo-arabe de 1948 qui a entraîné l'exode de la population arabe palestinienne dit "Nakba" et la guerre civile libanaise (1975-1990).
Ce film dévoile également la participation des arabes socialistes, communistes enrôlés au sein des Brigades internationales qui ont participé d'une manière bénévole au combat contre le régime fasciste de Franco. C'est contraire à l'image (négative) plus répandue des Arabes associés par Franco à sa cause.

Une histoire singulière mise à l'écran par Amal Ramsis
Ce sujet traité par Amal Ramsis dans son film est également abordé par l'historien espagnol Francisco Sánchez Ruano dans son livre Islam y Guerra Civil española paru en 2004 à Madrid (Espagne). A travers cette œuvre, l'auteur soutient que le mythe qui place les Arabes du côté de Franco seulement doit être nuancé, car plus de 1 000 volontaires des Brigades internationales du camp républicain venus défendre la République espagnole provenaient de pays arabes, dont 500 Algériens.
Ces conflits aux dimensions internationales ont constitué un tournant ayant marqué de façon indélébile le sort de la famille palestinienne Sidki. Il y a aussi un impact particulier sur l'existence de sa fille aînée, Dulia. Restée coincée en Russie pendant 20 ans, cette dernière a dû vivre très longtemps séparée de sa famille.

Au-delà d'un engagement à réaliser un film sur cette histoire singulière, Amal Ramsis semble plonger corps et âme dans cette aventure dont elle est désormais participante malgré le décalage du temps, n'étant pas témoin elle-même de la plupart des conflits qu'elle aborde.
Mais le fait pour cette Égyptienne d'avoir étudié le septième art à Madrid a sans doute contribué aux recherches sur le régime de Franco et la guerre civile en Espagne. Il en ressort de nombreuses images d'archives qui ont servi à illustrer ce conflit. Des recherches harassantes l'ont conduit dans de nombreux pays tels que l'Espagne, le Liban, la Russie, la Grèce, la Palestine.
La réalisatrice a réuni des archives photographiques et vidéographiques avec des dessins, en passant par les archives écrites (journaux, livres, documents, etc.) et les images du tournage. Elle reconstitue ainsi le contexte du drame vécu par Dulia et sa famille : une histoire difficile quasi-universelle à différents degrés. Cette épopée familiale est encore d'actualité en ce 21ème siècle, vu les innombrables séparations occasionnées par les migrations quelles que soient leurs natures. Ce film, c'est la toile du 20ème siècle sous l'angle des conflits à travers l'histoire d'une famille séparée.

La critique séduite par You Come From Far Away
Une partie du personnage était "morte", engloutie par la douleur de la séparation d'où jaillit une "révolte intérieure" qui le brûlait durant de longues années, presque la durée d'une vie généreuse en temps. Les seules photos en blanc et noir passées en revue - montrant son enfance aux côtés de ses parents, ainsi que les nombreux gros et très gros plans du film - montrent à suffisance la douleur des personnages, en particulier celle de Dulia.
Le silence dans certaines scènes ou séquences, trêves de paroles, hormis le bruit ambiant de la nature permet au spectateur de vivre, de partager la peine des personnages qu'alourdit la parole. Des temps de silence respectés par l'auteure de ce film qui a séduit la critique du continent et au-delà par l'originalité du traitement filmique.
Le film You Come From Far Away a été primé par la Fédération Africaine de la critique cinématographique. Le jury panafricain a visionné dix-sept (17) films africains et sur l'Afrique, en provenance de différents pays africains (Afrique du Sud, Burkina Faso, Congo, Egypte, Gambie, Maroc, Nigéria et Tchad).
Ce premier Jury au Festival d'Ismailia était composé de trois critiques de cinéma expérimentés, à savoir, Charles Ayetan du Togo (président), Salma Mobarak d'Egypte (rapporteuse) et Yéro Ndiaye de la Mauritanie (membre).

Charles Ayetan

haut de page


   liens films

You Come From Far Away - تأتون من بعيد 2018
Amal Ramsis - أمل رمسي


   liens artistes

Mobarak Salma


Ndiaye Yéro Hamel


Ramsis - أمل رمسي Amal


   vnements

03/11/2018 > 10/11/2018
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2018
29ème édition

10/04/2019 > 16/04/2019
festival |Égypte |
Festival international du film d'Ismaïlia pour les films courts et documentaires 2019
21ème édition

   liens structures

AJCC-Togo
Togo | LOMÉ

Klaketa Árabe
Égypte | Le Caire

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>