actuellement 18133 films recensés, 3153 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
19/09/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Alexandra Ramniceanu, productrice, scénariste et consultante française en écriture.


Michel Amarger est rédacteur à Africiné Magazine


FIFDA 2019




Lula Ali Ismail, réalisateur et productrice djiboutienne.


Lula Ali Ismail, en tournage

retour
 
Le FIFDA fait un détour à Djibouti :
rencontre autour de Dhalinyaro de Lula Ali Ismail


Le 9ème Festival International de Films de la Diaspora Africaine s'est tenu à Paris, du 6 au 8 septembre 2019. Un programme ciblé de 9 nouveautés offrait un voyage représentant 11 pays où la diaspora est active. Parmi eux, Djibouti apparaît sur la carte du cinéma grâce au premier long-métrage du pays, Dhalinyaro de Lula Ali Ismail.
Il s'agit d'ouvrir "une réflexion sur le vécu des personnes d'Afrique et d'origine africaine dans le monde", selon Diarah N'Daw-Spech qui anime le FIFDA (*) avec Reinaldo Barroso-Spech. C'est chose faite avec la projection de Dhalinyaro qui marque une collaboration inédite entre des producteurs français et des énergies de Djibouti. (**)
Alexandra Ramniceanu, représentant la production française, est venue dialoguer avec le public en présence de ses collègues et des techniciens français. Elle est aussi la coscénariste de Dhalinyaro avec Lula Ali Ismail et elle revient pour nous, sur la création du film.

- Comment vous avez-vous été impliquée dans ce film ?

Alexandra Ramniceanu : J'ai été recrutée par Gilles Sandoz, le producteur d'origine du film, pour réécrire le scénario. C'est comme ça que j'ai rencontré Lula Ali Ismail. A l'époque, je vivais à New York et ça a été particulier puisqu'elle était entre Paris et Djibouti. On se parlait par Skype, c'était une rencontre magique. Elle avait une manière d'exprimer ce qu'elle voulait dans le film, et j'arrivais à le recevoir et le traduire en scénario. On était en décalage horaire, je lui envoyais des mails la nuit, elle lisait le matin, on se retrouvait en début d'après-midi. Elle me disait : je peux te montrer mes notes, tu as écris exactement la scène que je voulais. On ne s'était jamais rencontrées, je n'avais jamais mis les pieds à Djibouti. Je connais assez mal sa culture mais parce que son histoire est universelle, on était connectées et on a réussi à écrire quelque chose qui lui ressemble.

- Pourquoi fallait-il réécrire le scénario ?
A. R. : Le producteur et elle n'étaient pas très contents de la première version. Un scénariste avait été engagé et ce n'était pas très profond. Les personnages n'étaient pas suffisamment développés, ça manquait d'ampleur. Pour moi, ça manquait aussi d'un point de vue féminin.

LIRE L'INTÉGRALITÉ DE L'ARTICLE sur afrimages.net : http://afrimages.net/

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / Médias France)

haut de page


   liens films

Dhalinyaro (Jeunesse) 2018
Lula Ali Ismail


   liens artistes

Ismail Lula Ali


Ramniceanu Alexandra


Samie Jean-Frédéric


Sandoz Gilles


   vnements

06/09/2019 > 08/09/2019
festival |France |
FIFDA 2019 - Festival International de Films de la Diaspora Africaine

   liens structures

Afrimages
France

Conti Films
France | L'ISLE ADAM

Films d'en Face (Les)
France | PARIS

Maïa Cinéma
France | PARIS

Samawada films
Djibouti

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>