actuellement 18168 films recensés, 3168 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Karo Diagne Ndaw
publié le
23/05/2005
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Anta Germaine Gaye se raconte devant la caméra
Fer et verre, de Ousmane William Mbaye (Sénégal)
Fer et verre, c'est le documentaire d'une demi heure réalisé par Ousmane William Mbaye sur la plasticienne sénégalaise Anta Germaine Gaye. Un portrait qui nous fait découvrir cette artiste, un des précurseurs du "sous verre", dans son atelier et dans son intérieur et nous révèle certains aspects de sa vie de femme, de mère et d'artiste plasticienne. L'avant-première a eu lieu à la maison de la culture Douta Seck.

Pendant une demi heure l'on fait connaissance avec Anta Germaine Gaye. La plasticienne s'est laissée filmer par la caméra du réalisateur Ousmane William Mbaye. Et elle se raconte. Pour expliquer d'abord son travail et les différentes étapes de sa création, mais aussi pour nous faire partager sa vie, le temps d'un documentaire. Très vite, le spectateur est sous le charme de cette artiste peintre et professeur d'éducation artistique. Celle qui se définit comme étant profondément une artiste est également une mère et une épouse. Diplômée de l'école supérieure des arts, Anta Germaine Gaye fait partie des précurseurs de la peinture "suwer", ("sous verre", en français). Elle travaille sur le verre et sous le verre et fait également de la sculpture sur métaux. Sa vie d'artiste dans son atelier, chez elle, comporte différentes étapes qu'elle énumère comme étant "narratrice, figurative et anecdotique".

Avec son éternel voile dont elle couvre négligemment sa tête, Anta Germaine Gaye se découvre et révèle l'importance de la religion chez elle. "La religion est le fondement de mon équilibre" confie-t-elle à la caméra de Ousmane William Mbaye. Et une séquence la montre s'adonnant à la prière à la mosquée de la Divinité. Tandis qu'une autre montre l'importance de la musique, de l'opéra, qu'elle écoute chez elle ou encore son amour pour la poésie. C'était lors d'une soirée littéraire chez elle. Avec comme participants, Awa Sène Sarr, Ahmadou Lamine Sall et elle-même, qui déclament un poème tour à tour sur fond de notes distillées par une kora. Participait également à cette soirée littéraire la regrettée comédienne Isseu Niang qui chante dans cette séquence de sa voix belle et altérée.

Dans le film, Anta Germaine Gaye se révèle et se confie. Sans fausse pudeur, évoquant notamment la douloureuse disparition de son deuxième mari, le grand amour de sa vie, dira-t-elle. Elle feuillette son album de famille et présente ses parents, ses frères et sœurs, son fils aîné qui vit à Paris. Et l'on voit également une artiste bien dans sa peau et épanouie dans son métier. Son magnifique sourire, sa joie de vivre nous la rendent attachante.

Quant au réalisateur, Ousmane William Mbaye, il a beaucoup fait usage de gros plans et de plans serrés dans son film, permis par une certaine complicité avec l'artiste. Le tournage du documentaire a duré quatre années. Le montage de Laurence Attali a insufflé une cohérence au film, tout en conservant le style du réalisateur. Ce dernier laisse ses personnages se raconter, comme il a su le faire avec Xalima, la plume, (2004), portrait du chanteur sénégalais Seydina Insa Wade (Xalam de Dakar). Et peut être que la durée du tournage, avec des interruptions de plusieurs mois, a permis à la plasticienne de se confier à la caméra jusqu'à en oublier sa présence. Car tout au long du film, Anta Germaine est à l'aise et évolue à l'écran avec beaucoup de naturel. Même ses enfants se sont laissés prendre au jeu. Notamment, pendant une très courte séquence où on la découvre en mère attentionnée, tendre et complice avec ses enfants. Pour le réalisateur, le pari semble réussi. Parce qu'au fil des minutes, le spectateur s'étonne d'arriver déjà à la fin car il en redemande. Le public présent à la projection a semblé apprécier le film. Tout comme Anta Germaine Gaye.

par Karo DIAGNE
Le Soleil et Scoop (Dakar)

Documentaire : Fer et verre de Ousmane William Mbaye, portrait de la plasticienne Anta Germaine Gaye.

haut de page


   liens films

Fer et verre 2005
William Ousmane Mbaye

Xalima la plume 2004
William Ousmane Mbaye


   liens artistes

Gaye Anta Germaine


Mbaye William Ousmane


Niang Isseu


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>