actuellement 18208 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
05/09/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien
retour
 
Interview de l'actrice marocaine Asmaâ KHAMLICHI
Cet entretien avec l'actrice marocaine Asmaâ Khamlichi, nous amène dans son univers cinématographique, avec une simplicité et une profonde aussi. Il nous ramène, en plus, vers son propre regard sur les rôles qu'elle a interprétés avec amour et passion, et qui ont laissé beaucoup des traces dans son parcours artistique...

Le premier contact avec le cinéma, était il pour vous une aventure avec l'inconnu ou un rêve à réaliser ?

* Il n'était ni l'un ni l'autre. Pour moi c'était une vraie passion depuis que j'étais jeune.


Quel est le rôle qui vous a marqué le plus ? Et pourquoi?

* Tous les rôles m'ont marqué, car chaque rôle m'a apporté un enrichissement différent. Pour moi, mes rôles je les compare comme s'ils sont des membres de ma famille : chaque membre a sa place.


Que pensez vous du cinéma marocain ? Et quels sont les films que vous avez aimé interpréter (dans des rôles principaux) ?

* Je pense que le cinéma marocain a de l'avenir, car en ce moment il y a une bonne quantité de films encouragés par les télévisions ainsi que le Centre Cinématographique Marocain (dans la quantité, on trouve la qualité). J'ai eu du plaisir à interpréter tous mes rôles, car chacun m'a apporté une richesse personnelle.


Vous avez interprété le rôle d'Aicha la comtesse. Comment avez vous trouvé ce mythique rôle?

* C'est un mythe que nous avons dans notre patrimoine culturel, et je trouve que le personnage est fantastique. D'ailleurs le réalisateur marocain Jerome a eu la bonne idée de faire ce film qui parle de ce personnage mythique.


Enfin, vous avez franchi le seuil des téléfilms. Comment vous senti après ce passage ?

* C'est une expérience enrichissante, car c'est un plus pour ma carrière qui n'était que cinématographique auparavant.

Propos recueillis par
Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Je rêve, donc j'existe 1999
Hassan Alaoui

Jugement d'une femme 2003
Hassan Benjelloun

Mona Saber 2001
Abdelhaï Laraki


   liens artistes

Khamlichi Asmaâ


   liens structures

2M-TV
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>