actuellement 17433 films recensĂ©s, 2916 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂŞches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fortuné Bationo
publié le
12/03/2007
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  ce compte rendu de festival
» les commentaires liĂ©s Ă  ce compte rendu de festival
retour
 
Une belle médaille s'invite au top départ
OUVERTURE DE LA XXè ÉDITION DU FESPACO
Bulletin Africiné n°03 (FESPACO 2007), du Lundi 26 février 2007
Le coup d'envoi de la XXe édition du FESPACO a été donné le samedi 24 février 2007 au Stade du 4-Août devant un public nombreux.

Explosion de feux d'artifice, éclats d'hystérie du public dans un stade transformé en cinéma géant. La cérémonie d'ouverture a presque sacrifié au même rituel, en ouvrant cependant une lucarne inattendue : c'est le président de la République Blaise Compaoré qui a donné le clap.
Autres présences remarquées dans les loges d'honneur : le Secrétaire Général de la Francophonie, Abdou Diouf, ainsi que Manu Dibango, président d'honneur de cette XXe édition du FESPACO.
Tidiani Serpos, directeur général adjoint de l'UNESCO pour l'Afrique était également présent pour cette raison : remettre la médaille Frédérico Fellini au FESPACO, pour saluer son immense contribution au positionnement du cinéma africain, à l'intégration africaine et au dialogue interculturel. Il a indiqué que cette plus haute distinction dans leur manne de récompenses au niveau du cinéma est la troisième décernée à un festival, les deux premiers étant CANNES et MARRAKECH. Le secrétaire général du FESPACO, Baba Hama a quant à lui salué le travail des réalisateurs africains qui écrivent "page par page, la belle histoire de notre cinéma". Déroulant sous la forme de projection leur synopsis sur un écran à côté de la scène, les 19 longs métrages en course pour l'Étalon d'or de Yennenga ont mis du miel aux yeux du public en engendrant des soupirs d'attente. Scène intime, gilet d'explosifs, narration désabusée autour de l'immigration fatale, verbe truculent contre les gardiens de la pensée unique, quelques secondes d'images auront suffi pour doper l'envie de rejoindre les films en salle sur la base des sujets brûlants abordés. Le FESPACO venait ainsi, sans mine de le savoir, de rentrer dans le vif du sujet…
Pour cette cérémonie d'ouverture le ballet de Tahiti, en grande vedette, a promené les yeux du public sur plusieurs créations majeures de leur histoire et de l'histoire chargée d'anecdotes de leur contrée. Des formations musicales locales comme Yeleen ont aussi agrémenté la grande fête.

Fortuné BATIONO

Article paru dans le Bulletin Africiné n° 03 (FESPACO 2007), du Lundi 26 février 2007, page 8.

haut de page





   liens artistes

Dibango Manu


Hama Baba


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>