actuellement 17521 films recensĂ©s, 2947 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂŞches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
15/03/2007
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  cette critique
» les commentaires liĂ©s Ă  cette critique
retour
 
Hymne Ă  la gratitude
Deweneti, de Dyana Gaye (Sénégal)
Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007

Tout travail mérite salaire. Toute bonne action mérite gratitude et reconnaissance. Ousmane personnage principal de Deweneti, court métrage de Dyana Gaye, n'a pas encore sept ans. Il gagne déjà sa vie en mendiant dans le centre-ville. L'astuce qu'il utilise pour attirer la générosité des passants est simple : Il promet de transformer leur rêve en bonheur.

En 15 minutes d'humour, amené par une photo soignée, Deweneti est un conte qui touche par sa sobriété, avec un scénario somme toute ordinaire qui pénètre dans la vie des mendiants des grandes villes africaines. Ce conte est servi par des personnages attachants : Ousmane, enfant mendiant, le policier, la cuisinière, l'écrivain public et le charretier. Ce court-métrage est le fruit d'une collaboration entre la jeune réalisatrice et le scénariste Rémi Mazet.

Volontairement, le film aborde d'une manière soft l'exploitation par son marabout. Le film se concentre sur son sujet (le rêve de cet enfant de pouvoir changer le destin des autres) et ne préoccupe pas des différents risques auxquels sont exposés les mendiants dans les grandes villes africaines où la circulation pose problème. Dyana Gaye parle du degré de gratitude d'un talibé innocent, naïf qui se met à la recherche d'un écrivain public pour écrire au Père Noël, tout en souhaitant le bonheur et la prospérité à ses bienfaiteurs. La sobriété de ce film témoigne de la qualité et du palmarès de la réalisatrice âgée seulement de 30 ans et qui marque le cinéma africain à travers ses œuvres et ses nombreux prix dans les festivals internationaux.

Projeté au Festival International de film de Ouidah Quintessence (Bénin) en Janvier 2007, ce film est accueilli au Fespaco 2007 favorablement par un public qui ne se lasse jamais de le revoir.

Il faut signaler aussi que la réalisatrice signe en 2004 le court métrage J'ai deux amours qui fait partie d'une série de 15 courts-métrages intitulée Paris, la métisse.

Espéra DONOUVOSSI (Bénin)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007, page 2.

haut de page


   liens films

Deweneti (Ousmane) 2006
Dyana Gaye


   liens artistes

Gaye Dyana


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>