actuellement 17685 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sitou Ayité
publié le
15/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
La victime sur le banc des accusés
Shoot the messenger, de Ngozi Onurah (Nigeria)
Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007

Souvent les discussions portant sur le racisme reprennent des stéréotypes : "Blanc raciste – Noir innocent". Dans Shoot the messenger (littéralement : "Tue le messager", en compétition pour le prix Paul Robeson du FESPACO 2007), Ngozi Onurah fait l'exception : que se passe-t-il lorsqu'un Noir traite son autre frère Noir de raciste ? C'est un film osé qui raconte sous un ton sarcastique comment le racisme se vit dans la communauté noire elle-même.

Joe, un intellectuel, est le seul professeur Noir dans une école de huit cent élèves à majorité noire. Ayant honni l'un de ses élèves en public, ce dernier décide de se venger en portant plainte pour insulte et bousculade. Joe est viré, après avoir été hué et traité de tous les noms.

La réalisatrice fait passer Joe à travers plusieurs crises psychologiques. Il frôle la démence et hait désormais tout ce qui est Noir. Cette fiction analyse le paradoxe de la race noire. Cette communauté qui lutte pour faire sortir ses enfants du ghetto fonctionne de la même manière que la machine qui les détruit.

Un "Pierrot le fou à l'anglaise. Joe, dans ses soliloques, nous fait partager ses crises de conscience. Comment gérer une aussi grande ingratitude de la part de ses "frères" ? Faudrait-il tendre les mains dans la rue pour demander l'aumône aux blancs qui passent ?

"La race noire est maudite" affirme la bonne samaritaine qui tire Joe de la rue. La recherche de l'identité s'enchaîne. En cent minutes, Joe traverse tous les problèmes de la diaspora africaine. On pourrait dire que tout est bien qui finit bien, mais comme le méchant doit toujours payer, Ngozi Odurah n'oublie pas le jeune élève responsable des malheurs de Joe. Chacun a son tour chez le coiffeur dans ce film.

Sitou Ayité
(Bénin)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007, page 6.

haut de page


   liens films

Shoot The Messenger 2006
Ngozi Onwurah


   liens artistes

Onwurah Ngozi


Ricagni Leonardo


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>