antalya escort bayan antalya escort gebze evden eve nakliyat izmir dershane izmir dershane fiyatlari Odtululer Dershanesi banu akcal meral sonmezer gulsum soyturk zelal keles ankara butik dershane ankara tel orgu
Africiné
actuellement 17645 films recensés, 2956 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
15/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien
retour
 
Musique et image, la combinaison gagnante
entretien avec Manu Dibango
Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007
La bonne musique d'un film est celle que l'on n'entend pas, mais que l'on retient lorsque l'on sort du cinéma. Manu Dibango qui a traversé par sa musique beaucoup de films africains en parle.

Africiné : Quels sont les films dont vous avez fait les musiques ?

Manu Dibango : (rires) Il y en a tant que je ne peux tous les citer. Il faut voir sur mon site. Mais citons par exemple Ceddo du Sénégalais Sembène Ousmane, Le Silence de la forêt du Camerounais Bassek Ba Khobio et la comédie musicale Nha Fala de Flora Gomes.

Africiné : comment travaillez-vous la musique d'un film ?

Manu Dibango : C'est comme se faire confiance. Tous les grands films ont toujours eu une musique qui draine quelque chose. Vous avez entendu celle de Isaac Hayes dans Shaft, ce sont des musiques qui restent. Et quand on l'écoute, on se rappelle du film.

Africiné : Qu'est ce qui prime pour la musique d'un film : l'esthétique ou la thématique ?

Manu Dibango : Cela dépend, des fois c'est l'esthétique. Comme par exemple lorsque j'ai fait la musique du film Ceddo de Sembène Ousmane. C'est un très beau film. Les Noirs y sont très beaux, avec des comédiens à cheval. C'était des images que je n'avais encore jamais vues. Et quand la musique et l'image arrivent à se combiner, c'est extraordinaire et c'est cette magie que l'on recherche. Parce que la musique ne doit pas supplanter le dialogue, elle doit l'entourer. C'est le dialogue que l'on écoute, mais derrière la musique. La bonne musique d'un film, c'est celle que l'on n'entend pas, mais que l'on retient lorsqu'on sort du cinéma (rires).

propos recueillis par
Fatou Kiné SÈNE (Sénégal)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007, page 8.

haut de page


   liens films

Ceddo 1976
Ousmane Sembène

Nha Fala 2003
Flora Gomes

Silence de la forêt (Le) 2003
Didier Ouenangaré, Bassek Ba Kobhio


   liens artistes

Dibango Manu


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Wal Fadjri (Walf)
Sénégal | DAKAR

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>