actuellement 17521 films recensĂ©s, 2947 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂŞches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Godefroy Macaire Chabi
publié le
16/03/2007
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  cette critique
» les commentaires liĂ©s Ă  cette critique
retour
 
Le voyou n'est pas mauvais !
Tsotsi, de Gavin Hood (Afrique du Sud)
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

Un homme se fait tuer dans l'indifférence totale au début du film. Violence gratuite ? N'y a-t-il pas dans Tsotsi une part d'humain malgré les tueries qui s'enchaînent ? Cette concentration des désespoirs du bidonville n'est-elle pas une véritable bombe à retardement ? Des centaines de Tsotsi agissent chaque jour et sans effroi dans cette Afrique du Sud post-apartheid. Le jeune chef d'un gang tire sur une femme et s'empare de son véhicule. Mais il y trouve un bébé : quelque chose en lui le pousse à s'en occuper.
Tsotsi veut dire "voyou" dans le jargon des ghettos. En blessant au pied sans la tuer la femme à qui il vole la voiture alors qu'il en avait les moyens, Tsotsi révèle son ambiguïté. Le film le place dans une perpétuelle violence psychologique : il perd de vue toutes les solutions et est traqué dans ses réflexions. Il est l'emblème d'une jeunesse qui n'a pas fini de panser les plaies du passé sud-africain tout en l'ayant déjà oublié. Le regard du bébé qui le questionne sans fin évoque une double souffrance : celle des enfants qui naissent maintenant dans le pays et, en miroir de sa propre enfance, celle de ces milliers de jeunes de la génération de Tsotsi.
Tsotsi aborde en toile de fond la frustration des ghettos face à l'aristocratie noire, ces anciens combattants contre l'apartheid. D'un côté les Noirs des taudis, de l'autre ceux des belles villas. Il y aurait tout un travail de mémoire à faire pour refonder la revendication égalitaire de la lutte, mais Tsotsi a tout oublié. Il n'a que des souvenirs évanescents de son enfance. Ce qui ne facilite pas le recentrage des rapports, même sous administration noire. L'histoire de Tsotsi est celle de ces milliers d'enfants soldats dans les pays en guerre, qui ne savent plus tellement ce qui s'est passé, comme le personnage d'Ezra, dans le film éponyme du Nigérian Newton Aduaka.
La boucle du film introduit la confrontation des regards noirs sur le type de société qu'ils bâtissent. Victimes et coupables se voient à la fin du film condamnés à innover. Et lorsque le sud africain Blanc retrouve ses réflexes de l'époque, alors que tous préfèrent la paix, s'agit-il de la permanence d'une blessure ou de l'atavisme d'un passé encore récent ?
La caméra de Gavin Hood reste toujours proche de l'action et du personnage qui la met en œuvre, tandis que l'expression des visages et le ton saccadé du kwaito, la musique des townships, participent à l'effet recherché par le réalisateur, même si le film n'échappe pas au pathos tragique. Mais si la caméra de l'Oscar 2006 force trop le trait en esthétisant les ghettos, l'émotion et la participation à la tragédie restent intenses, ce qui fait de ce film un produit franchement grand public.

Godefroy Macaire CHABI (BĂ©nin)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 2.

haut de page


   liens films

Mon nom est Tsotsi 2005
Gavin Hood


   liens artistes

Hood Gavin


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>