actuellement 17666 films recensés, 2961 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jacques Bessala Manga
publié le
10/04/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Jacques Bessala Manga


Jean-Marie Teno


Jules César


Jean-Marie Teno et Jules César



retour
 
Lieux saints, de Jean-Marie Téno
Les chroniques ouagalaises de Jean Marie Teno
Le réalisateur camerounais a présenté son dernier documentaire en sortie mondiale mardi 03 mars à Ouaga.

Le cinéma Neerwaya a fait son plein pour regarder le dernier film de Jean-Marie Teno. Plusieurs raisons ont pu justifier cette invasion, dont la plus plausible est certainement la découverte "mondiale" de cette mosaïque de Ouagadougou, une ville qui doit désormais sa réputation planétaire au cinéma, par l'organisation de la biennale du cinéma africain, le Fespaco.

Le film de Teno est profondément immergé dans Saint-Léon, un quartier populaire de Ouagadougou, coincé entre une église et une mosquée, et dont la vie est rythmée par le djembé et le cinéclub. Loin de se laisser abattre par la difficulté de leur quotidien, les habitants du quartier qui vivent pour la plupart de petits boulots, trouvent quand même quelques raisons de se faire plaisir, avec les frasques sympathiques du "scribe" du quartier d'un quinquagénaire un peu déglingué qui déclame au quotidien sur un babillard de fortune des formules philosophiques sorties de son imagination perturbée.

Les Lieux saints, c'est le quotidien d'Abbo, tenancier d'un cinéclub qui diffuse à longueur de journée des films pour cette communauté défavorisée de Ouaga. Les circuits d'approvisionnement, les genres de films adulés par les publics, les logiques de programmation, tout est effleuré par la caméra inquisitrice de Teno. Dans un style documentaire dans lequel il est passé maître, le réalisateur laisse généreusement parler les sujets qui portent l'histoire, qui la racontent avec un réalisme passionné, dans un humour qui traduit toute la fierté du "pays des hommes intègres". Par anecdotes succulentes, chacun y va de sa meilleure expression, comme pour se prouver à soi-même quelque chose, comme pour montrer aux yeux du monde que le Burkina Faso, que le cœur de Ouagadougou bat au rythme du cinéma.

Porté par la voix fluette et suave de Teno, qui officie aussi dans le documentaire comme narrateur, le film autant est un plaidoyer pour une démocratisation du cinéma, pour qu'il rentre dans les quartiers populaires d'où il n'aurait jamais dû partir, qu'il cesse d'être ce luxe accessible aux seuls nantis. Idrissa Ouedraogo, qui prête sa voix aux damnés de Ouaga, n'est pas particulièrement hostile à ce mode de consommation qui se démarque forcément de l'orthodoxie, car englué dans cette exploitation marginale des œuvres de l'esprit. Au-delà, le documentaire de Jean-Marie Teno se laisse regarder agréablement.

Jacques Bessala Manga

haut de page


   liens films

Lieux saints 2009
Jean-Marie Teno


   liens artistes

Ouédraogo Idrissa


Teno Jean-Marie


   vnements

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Films du Raphia (Les)
France | Meze

Raphia films
Cameroun | Douala

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>