actuellement 18201 films recensés, 3175 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Moussa Bolly
publié le
11/06/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Moussa Bolly




Source chaude du Grand Prismatic, parc national de Yellowstone, Wyoming, États-Unis (44°31' N - 110°50' O)
Toutes photos suivantes: © Yann Arthus-Bertrand / film "HOME"



Centrale solaire thermoélectrique de Sanlúcar la Mayor, Andalousie, Espagne (37°26'N - 6°15'O)


Caravane de dromadaires près de Tichit, Mauritanie (17°29'N - 9°06'O)


Brise-glace Louis-Saint-Laurent dans Resolute Bay, Canada (74°42' N - 95°18' O)


Brise-glace Louis-Saint-Laurent, Canada (74°42' N - 95°18' O)


Femmes au puits près de Khudiala, Rajasthan, Inde (26°26' N - 72°40' E)


Baleine au large de Port-Gentil, province de l'Ogooué-Maritime, Gabon (0°32' S - 8°52'E)


Nouvelle plantation de palmiers à huile près de Pundu, Bornéo, Indonésie (1°59' S - 113°06' E)
Toutes photos précédentes: © Yann Arthus-Bertrand / film "HOME"


retour
 
Home de Yann Arthus-Bertrand au CCF
Magnifique survol de notre planète en péril
Le réalisateur de Home ("Maison, Habitat, Abri…", en anglais), Yann Arthus-Bertrand, ne pouvait trouver une meilleure date pour la première mondiale de son film que la Journée mondiale de l'Environnement. En effet, c'est ce 5 juin 2009 que cette magnifique œuvre d'éducation et de sensibilisation sur une planète menacée a été projetée dans plus d'une centaine de pays, dont le Mali (aux Centres Culturels Français de Bamako, Ségou et Mopti). C'est la première fois qu'un long-métrage sort simultanément dans plus de 50 pays, et sur des supports aussi variés qu'Internet, la télévision, les écrans de cinéma et même en DVD. Ce qui fait de la sortie de Home un vrai événement. Le film documentaire séduit par la pertinence du thème, sa beauté esthétique. Il est construit autour de plans merveilleux dont certains ont été réalisés sur le Plateau Dogon.

"La vie est un miracle et le vivant un mystère" ! Ce principe est l'essence de toute la vie sur terre. Un principe ébranlé par l'Homo sapiens ! L'homme qui pense ! C'est ce que nous sommes supposés être. Mais, si on regarde l'impact périlleux de nos actes insensés sur notre écosystème, comme le démontre Home, on se pose réellement la question si nous réfléchissons.

En effet, notre planète n'a jamais été autant dégradée que lors des cinquante dernières années. Pendant deux heures d'horloge, Yann Arthus-Bertrand promène sa caméra sur l'épicentre du mal, l'immensité du péril. Réchauffement climatique, épuisement des ressources, extinction des espèces… Ce n'est pas malheureusement une fiction. Mais, une réalité. Une réalité préoccupante, effarante et édifiante que nous montre celui qui s'était déjà distingué par La Terre vue du Ciel !

Parce qu'il pense, l'Homme est devenu un prédateur de sa propre vie, une menace pour son environnement auquel est pourtant liée sa vie. L'Homo sapiens s'est affranchi de son état sauvage, il s'est civilisé et a changé de mode de vie. Et depuis, la nature n'a plus soufflé, elle n'a plus eu de répit dans son exploitation outrageuse par les humains pour des raisons le plus souvent fantaisistes. L'appétit vorace des humains a vite rompu l'équilibre sur lequel repose notre écosystème.

La standardisation de la production a tué la biodiversité. La mécanisation de l'agriculture est l'une des principales causes du réchauffement climatique. La production a quitté le domaine de l'utilitaire pour la futilité : le monde produit plus qu'il en a besoin ! Mais, paradoxalement, plus d'un milliard de personnes souffrent de la faim sur cette même planète. Ce qui se comprend aisément, parce que 20 % de la population mondiale se sont accaparés de 80 % des richesses de l'humanité. C'est cette inégalité et cette injustice que le très engagé Home dénonce.

Des images d'une beauté extraordinaire

Des moyens extraordinaires ont été déployés pour nous montrer l'immensité du désastre, l'étendue de la menace. Le mérite de la réalisation, c'est d'avoir réussi à nous éveiller la conscience, sans recourir à une vision catastrophique de la menace. C'est plutôt un zoom sur ce qui reste encore comme splendeur à notre planète. Ce qui se comprend aisément car l'objectif de Yann n'est pas d'amener le public à s'apitoyer sur ce qui a été sacrifié sur l'autel de notre inconscience, mais de nous exhorter à un changement de comportement pour préserver le trésor qui reste encore de notre planète.

Une décennie pour éviter le pire

Comme le dit le réalisateur, "il est trop tard pour être pessimiste". Il faut prendre conscience que nous fonçons droit sur le mur. "Et il reste à peine dix ans à l'humanité pour inverser la tendance, prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la terre et changer son mode de consommation", averti le documentaire de 2 heures dont la réalisation a nécessité des moyens colossaux (le tournage a lieu dans 55 pays avec cinq cents heures d'images…). Inverser la tendance, changer de comportement ! Est-ce possible encore ?

Si ! C'est la réponse que nous donne Yann Arthus-Bertrand en nous montrant des expériences réussies qui maintiennent l'espoir que nous sommes toujours des Homo sapiens. C'est le cas en Corée du Sud où les millions d'hectares de forêts détruites pendant la seconde guerre mondiale ont été reconstituées. C'est aussi réduire voire supprimer les vertigineuses dépenses militaires comme au Costa Rica où l'armée a été supprimée afin de consentir plus de moyens à la sauvegarde de l'environnement. Le Gabon a aussi pris des initiatives encourageantes pour reconstituer ses forêts…

Inverser la tendance, changer de comportement ! C'est produire juste pour nos besoins et non pour des considérations mercantilistes. C'est arrêter de dévaster les forêts qui préservent notre écosystème pour produire de la viande. En effet, les statistiques montrent que 50 % des céréales commercialisées dans le monde sont destinées à l'élevage ou à la fabrication de biocarburants. Pour quelle finalité ?

Inverser la tendance, changer de comportement ! C'est aussi faire un choix judicieux en faveur des énergies renouvelables, comme au Qatar, au lieu de polluer la couche d'ozone par une exploitation outrageuse des énergies fossiles. Ainsi, ce que le Mali dépense dans la recherche du pétrole, il aurait pu l'investir dans le développement des énergies renouvelables, notamment le solaire et l'éolienne. Inverser cette dangereuse tendance, c'est aussi accorder la priorité à l'Education, à la Culture, aux Innovations… Et comme le dit si pertinemment Yann Arthus-Bertrand, à la fin du film, la suite de cette fantastique œuvre dépend de chacun d'entre-nous !

Moussa Bolly

haut de page


   liens films

Home [réal: Yann ARTHUS-BERTRAND] 2009
Yann Arthus-Bertrand


   liens artistes

Arthus-Bertrand Yann


Besson Luc


Carot Denis


Delannoy Isabelle


Farès Tewfik


Le Van Yen


   liens structures

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

Elzévir Films
France | PARIS

Europacorp
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>