actuellement 17521 films recens√©s, 2947 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
03/03/2010
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cet entretien
Ľ les commentaires li√©s √† cet entretien

Kiné Sène


Jean-Louis Barbe


Jean-Marie Barbe

retour
 
TROIS QUESTIONS A… Jean-Marie BARBE, responsable des formations d'africadoc
Montrer autre chose que le sport, le Sida, les coups d'Etat...

Tous les films diffusés lors du festival Lumière d'Afrique sont des coproductions Nord-Sud. Comment les droits ont-ils été répartis ?
Jean M. BARBE :
Ces films sont coproduits entre le Nord et le Sud. Les producteurs du Sud n'ont jamais moins de 40 % des films. C'est-à-dire que les droits sont équitablement partagés. Chacun amenant sa part de travail et ayant sa part de recettes, même si les films ne ramènent pas beaucoup d'argent. Ce sont des films au budget relativement modeste, mais qui permettent à ceux qui le font de vivre honnêtement. On est dans des économies décentes. Un réalisateur, en faisant un film documentaire de 52 minutes qui va lui prendre entre six à dix mois par an, va avoir un salaire d'environ trois cent mille francs Cfa par mois pendant un an. Il va en plus faire travailler des techniciens du pays...

Est-ce équitable si c'est 40 % pour le producteur du Sud et 60 % pour celui du Nord ?
40 %, c'est le minimum. Parce qu'avec les producteurs du Sud il n'y a pas d'argent. L'argent est au Nord. On sur√©value l'apport des auteurs de la technique du Sud. Si non, cela doit √™tre normalement 15 % ou 20 % du budget. On le sur√©value pour qu'ils aient au moins 40 % de la propri√©t√© du film. Mais cela, c'est lorsque le film se vend une fois qu'il est r√©alis√©. Mais l'√©conomie de ces films se fait avant la production, gr√Ęce √† l'argent des t√©l√©visions et des institutions comme la Francophonie (Oif), des Fondations. On les r√©partit en fonction des frais, et comme une grande partie des frais, tous les frais de tournage, ont lieu dans les pays africains, le salaire du producteur du Sud et du r√©alisateur sont pay√©s correctement.

Est-ce que les télévisions africaines sont impliquées dans les programmes d'Africadoc ?
Il y a une télévision africaine derrière chacun de ces films. Le problème aujourd'hui est que les télévisions africaines ne mettent pas d'argent sur les films. Maintenant, elles sont de plus en plus concurrencées par les télés privées, elles s'aperçoivent qu'elles ont intérêt à mettre un peu d'argent, à participer à la réalisation, de manière qu'elles aient un droit de diffusion sur ces films. Car ce sont des films forts (...). Il faut des diffuseurs en Afrique parce que ces films doivent être vus par les populations africaines, des diffuseurs en Europe et dans le reste du monde. Les films sont des portraits et des regards sur l'Afrique actuelle. Il faut qu'on nous montre autre chose que le sport, le Sida, les coups d'Etat et les danses. L'Afrique est complexe et riche. Ces films vont faire découvrir les Afriques actuelles.

Propos recueillis par Fatou. K. SENE

Voir le site officiel [africadoc.net]

haut de page





   liens artistes

Barbe Jean-Marie


   ťvŤnements

20/02/2010 > 21/02/2010
festival |Sénégal |
Festival "Lumière d'Afrique" 2010
L'Institut français s'associe à Africadoc pour présenter la collection Lumière d'Afrique sous la forme d'un festival

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>