actuellement 17708 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
08/03/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger




Waris Dirie


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert


Fleur du désert

retour
 
Fleur du désert, de Sherry Hormann
L'éclosion d'une Somalienne
LM Fiction de Sherry Hormann, Allemagne / Autriche / France, 2009
Sortie France : 10 mars 2010

Il y a des destins aptes à devenir des références. Et même des modèles. Celui de Waris Dirie est de ceux-là. Cette Somalienne, issue d'une famille de nomades, excisée à trois ans, mariée à treize ans par son père, échappe à sa condition en fuyant à Mogadiscio. Recueillie par sa grand-mère qui lui trouve un poste de bonne à l'ambassade de Somalie à Londres, Waris Dirie y travaille six ans puis se retrouve à la rue lorsque l'ambassade ferme à cause de la guerre civile en Somalie. La jeune fille doit apprendre l'anglais, trouver de quoi vivre. Sa rencontre avec Marilyn, une Anglaise qui l'héberge et l'aide à chercher un emploi, lui permet d'accéder à une autre vie.

Dans un fast food où elle travaille, sa beauté attire l'attention d'un photographe de mode qui l'introduit dans une agence de mannequins. Waris Dirie devient alors un top model réputé et franchit les escaliers de la renommée à New York. Arrivée au sommet, elle dévoile son histoire avant de jeter l'éponge pour militer activement en faveur de l'abolition de l'excision. Suivent trois livres autobiographiques, inaugurés par Fleur du désert 1997, puis la Waris Dirie Fondation, créée en Autriche en 2002, pour sensibiliser à la pratique des mutilations faites aux femmes. La jeune femme est promue par l'ONU, "ambassadrice de bonne volonté" dans la lutte contre l'excision.

Le cinéma s'empare de cette trajectoire lorsque le producteur Peter Herrmann achète les droits du livre pour en confier l'adaptation à Sherry Hormann. Cette réalisatrice américano-allemande est l'auteur de productions à succès comme Father's day, 1996, Guys and balls, 2004. Elle obtient l'aval de Waris Dirie pour diriger Fleur du désert qui est l'une des rares fictions du cinéma européen abordant l'excision. Le sujet a pourtant défrayé les cinématographies africaines depuis le documentaire démonstratif de la Tchadienne Zara Mahamat Yacoub, Le dilemme au féminin, 1994, jusqu'à la fiction théâtrale du Sénégalais Ousmane Sembène, Moolaadé, 2004.

Ici la question est traitée par une histoire spectaculaire qui valorise l'ascension de la top model et les fondements de son action publique en s'appuyant sur son récit. "Adapter ce livre à l'écran, et de fait transcrire une autobiographie en scénario était un exercice difficile", admet le producteur Peter Herrmann. "Après de longues discussions et plusieurs versions, nous avons finalement décidé de situer l'action principale à Londres, de réduire un peu le côté africain de l'histoire et de brièvement parcourir l'épisode new-yorkais."

Sherry Hormann s'attache donc aux péripéties de Waris Dirie en valorisant son évolution sociale, due à son caractère bien trempé et à sa belle plastique.
Les milieux de la mode servent de cadre attrayant à une fiction luxueuse, truffée de jolies femmes en tête desquelles se signale Liya Kebede, authentique top model, née à Addis Abeba, vue dans Lord of war de Andrew Niccol, 2006, et Raisons d'État de Robert De Niro, 2007.
Autour d'elle, évoluent de beaux seconds rôles servis par la richesse des décors intérieurs, reconstitués dans les studios allemands, et les extérieurs surtout pris à Londres, à New York mais aussi à Djibouti pour figurer l'arrivée de Waris Dirie à Mogadiscio durant son adolescence.

L'évocation de la vie en Somalie qui sert à lancer le récit, reste une introduction au parcours d'une femme déterminée à trouver sa place dans la société occidentale puis à jouer de sa notoriété pour entreprendre un combat. Les questions rituelles attachées à l'excision sont survolées pour envisager surtout la mutilation qu'elle fait subir aux femmes.
Fleur du désert n'est pas fait pour entrer dans les nuances mais pour prolonger l'engagement de Waris Dirie. En s'appuyant sur le charme et le charisme du top model, cette coproduction européenne est destinée à émouvoir un large public et le régaler de belles images où brille une femme africaine séduisante et conquérante.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France / Africiné)

haut de page


   liens films

Dilemme au féminin (Excision) 1994
Zara Mahamat Yacoub

Fleur du désert 2009
Sherry Hormann

Lord of War 2005
Andrew Niccol

Moolaadé 2003
Ousmane Sembène


   liens artistes

Dirie Waris


Hawkins Sally


Herrmann Peter


Hormann Sherry


Kebede Liya


Mackie Anthony


Niccol Andrew


Omar-Scego Soraya


Parkinson Craig


Sembène Ousmane


Spall Timothy


Stevenson Juliet


Syal Meera


Yacoub Zara Mahamat


   liens structures

Afrimages
France

BAC Films
France | Paris

Desert Flower Filmproductions
Allemagne | München

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

RFI
France | Paris

Waris Dirie Foundation
Autriche | VIENNE

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>